C

 

 

Avant tout, se méfier du piège de l’adresse, ou pire, de la virtuosité.

S’en garder en mettant en place des protocoles d’empêchement d’énonciation. Le terme de protocole pourrait donner à penser qu’il s’agit de choix qui préexisteraient à l’exécution du dessin, sortes de prévisions, risques de préjugés qui empêcheraient de ressentir l’intensité de ce qui se produit.

Bien au contraire, décidés dans l’instant de l’expérience sensible, ils permettent d’être tout entier dans ce qui advient, capable alors de se saisir du contingent pour développer une nouvelle série de dessins. Imprévue.

- travailler de la main gauche.

- ne pas tenir la feuille avec l’autre main ; le tracé devient alors une course poursuite.

- répéter le même mouvement, inlassablement jusqu’à ce qu’il sorte du champ du papier, hors – jeu. Débordant sur la table. Continuer quand même.

- tournoyer dans l’air . « Affeuillir » à peine. Redécoller im- médiatement.

- se jeter sur la feuille.

- tenir à peine le fusain, le plus loin possible du papier. Cassé, en reprendre un. Cassé encore. Finir en écrasant les miettes avec le pouce.

- Balayer tous les morceaux et la poudre. Faire un petit tas en haut, un peu à gauche d’une nouvelle feuille. Caresser le papier en promenant le petit tas sous la paume de la main posée pas tout à fait à plat . Essayer d’en perdre le moins possible à chaque tour.

Plier quelques « loupés » complets pour allumer la prochaine flambée.

Savoir stopper surtout avant que le geste ne devienne système.

Plein de l’élan de la conscience aiguë de ce qui advient, s’arrêter enfin. Épuisé mais content.

 

Sans titre. Ensemble de 27 dessins au fusain sur papier blanc

65 x 50 cm. 2004-2005

 

 

30 Janvier 2005 Bayonne